Sans titres, de la série Skin, photographies couleurs marouflées sur aluminium, 3 x (120 x 80 cm), 2014.


Sous le nom générique de Drapery, Sophie Langohr propose plusieurs séries d’images qui approfondissent ses travaux antérieurs, relisent ses thèmes privilégiés et cultivent leurs tropismes : la représentation du corps et son usage, entre autres dans la publicité ; les manipulations de l’image ; la dialectique de la surface et de la profondeur, illustrée puissamment par les drapés et les jeux d’apparition – disparition du support original de l’image, mais aussi par la présence récurrente de la peau ; les méandres enroulés de l’histoire de l’art et la façon dont l’esprit conquérant s’y manifeste au profit de puissances religieuses ou mercantiles…

(...)

Dans les Skin, le trouble est total. Ce n’est plus le papier qui est froissé. On reconnaît de vraies carnations, plus crues que celles des lisses images publicitaires : points de beauté, rougeurs, … Et c’est la peau elle-même qui est manipulée, contrainte aux plis et à la distorsion. On y est mal à l’aise. On identifie bien une autre trame que celle de la peau, et différente de celle d’une image imprimée : en fait, celle d’un tissu fin. Pour produire ces images, pas de manipulation virtuelle en effet : le tissu transparent est posé et drapé sur le corps de personnes réelles, et, par illusion d'optique, joue comme un écran déformant. Le tissu ne masque plus le corps, mais au contraire en exprime une vérité qui dérange. On n’est pas loin de l’essence des « vanités », avec leurs sombres présages chers à la peinture de l’après-Renaissance. Ou, à la même époque, des figurations de Marie-Madeleine, dont la repentance du modèle n’empêche nullement le spectateur de jouir de la nudité.

(...)

Lire le texte: Yves Randaxhe, Double / Trouble, Variations autour de l'exposition Drapery de Sophie Langohr, janvier 2015.
In Le journal #3, Pages 26-27, ESA Saint- Luc, Liège, 2015.