Vierge polychrome conservée au Grand Curtius de Liège, nouveau visage à partir de Marion Cotillard pour Dior,
de la série New Faces, photographies couleurs marouflées sur aluminium, 2 x (50 x 40 cm), 2011–2012.

La ressemblance est sidérante : ces Vierges polychromes sont passées sous un bistouri digital des plus précis. A ma gauche, une quinzaine de figures de statues de Vierge : closes up sur autant de visages doux et surranés. A ma droite, les mêmes, aux incarnats bien plus charnels, lèvres peintes, maquillages sophistiqués sous des éclairages contrôlés. Ce sont là des portraits en miroir, au mimétisme troublant, comme si la réalité se devait d’être à l’image de l’art. La réalité, oui, car ces portraits de femmes ne nous sont pas inconnus. Un regard aiguisé reconnaîtra Anouck Lepere ou Marion Cotillard, Emily di Donato ou Sacha Pivovarova, ces actrices et mannequins dont les visages de papier glacé occupent le devant de la scène médiatique.
(...)

Lire le texte: Jean-Michel Botquin, Saint Sulpice, sain supplice, janvier 2013, [en ligne] disponible sur http://www.nadjavilenne.com/wordpress/?p=5798

Sophie Langohr bâtit son oeuvre avec constance. De ses enroulements, on peut aisément dégager quelques lignes de force qui ne doivent rien au hasard. L'une de celles-ci est le plaisir manifeste qu'elle prend à relire différents moments de l'histoire de l'art et à les citer dans ses oeuvres mêlant photographie et retouche. Camées, motifs décoratifs d'esprit rococo, grande peinture classique... cette imagerie immédiatement reconnaissable à laquelle elle fait appel, elle la confronte à l'image du corps, dans des compositions dont l'élégance distille souvent un léger malaise. Car elle ne fuit pas les marques de l'âge et les imperfections du corps: à rebours de l'image publicitaire et de la manie de pans entiers de l'art occidental pour la perfection physique, Sophie Langohr fait, non sans humour ni tendresse, son miel de ces failles.
(...)

Lire le texte: Yves Randaxhe,Vierges sages vs Vierges folles? in Liège Museum, hors série, avril 2013, p. 35-41.